L'Atelier Scientifique et Technique.
1/2 | 2/2

L'Atelier Scientifique et Technique s'adresse aux élèves volontaires de première et terminale scientifiques ou techniques, intéressés par des applications scientifiques et techniques.
Cet Atelier dirigé par Monsieur Joël Liaboeuf, se déroule en dehors des heures de cours, entre midi et quatorze heures, ou bien le mercredi après midi.

Depuis trois ans, l'Atelier s'appuie sur le développement d'un moteur Stirling, fonctionnant sans carburant, mais uniquement par la différence de température entre une source chaude et une source froide (principe de Carnot).
Durant l'année scolaire 1995-96, plusieurs moteurs ont été réalisés, utilisant différentes sources chaudes (ampoule électrique, réchaud de camping gaz, plaque chauffante électrique).

En 1996-97, la source chaude choisie a été le soleil, et dont les rayons ont été concentrés par un miroir parabolique au foyer duquel était placé un moteur Stirling "basse température" (le moteur fonctionne à partir d'un faible écart de température de l'ordre de 15 °C).

Le suivi de la course du soleil était assuré par une monture azimuthale motorisée par deux moteurs pas à pas piloté par un logiciel implanté sur un micro-ordinateur de type PC.

En 1997-98, une étude similaire a été reconduite, mais en adoptant cette fois-ci un moteur Stirling plus puissant (une centaine de Watts disponible en sortie) fonctionnant avec une importante différence de température (entre 600 et 700°C mesurés sur la partie chaude), et placé au foyer d'une parabole de 1,80 mètre de diamètre, parabole installée sur une monture équatoriale. Cette monture était motorisée par un moteur synchrone piloté par un dispositif analogique (asservissement de position) pour assurer le suivi du soleil.

En 1998-99, une équipe de 6 élèves, encadrés par 4 professeurs se fixe pour objectif, d'accoupler à un moteur Stirling à pistons libres, un alternateur électrique non pas rotatif mais linéaire.

La source chaude doit provenir des calories récupérées sur une installation de chauffage central.

L'énergie électrique produite doit pouvoir être restituée à l'installation électrique, voire au réseau EDF (procédé dit de co-génération).

Ce même projet bénéficie du soutien financier de l'Union Des Physiciens et de la Société Française de Physique, puisque ces 6 élèves de classe de première, soutiendront leur projet devant un jury lors du concours des Olympiades de Physique le 20 octobre 1999 à Grenoble puis le 25 novembre 1999 à Paris.

1/2 | 2/2